Partagez | 
 

 Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Praesidia
Dernière Défense
avatar
Dernière Défense
Messages : 35
Date d'inscription : 18/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://ultima-praesidia.forumactif.org
MessageSujet: Contexte
Sam 18 Avr - 22:02

Catastrophe prévisible

Une technologie révolutionnaire


Ecrit par J. Nameau, le 17 novembre 2137

Aujourd'hui est un grand jour. C'est ce que disent déjà quelques spécialistes consultés par Mantena, la fameuse société agro-alimentaire. Celle-ci vient de déposer un brevet pour une nouvelle invention, qui va « changer à jamais l'agriculture sur toute la surface du globe », selon Hovard Penth, son PDG. Grâce à elle, les industriels espèrent résoudre pour de bon le problème de la faim dans le monde !

Il s'agit d'une machine qui fait appel à la technologie de pointe, bien que son utilisation soit fort simple. Cet appareil projette des ondes d'un nouveau genre, qui ont pour effet d'accélérer par dix la croissance des plantes, et de leur faire acquérir en quelques jours uniquement des proportions jamais vues dans la nature. Ces ondes ont bien entendu été prévues pour être totalement inoffensives pour les hommes.

L'utilisation de cette nouvelle invention, baptisée Gigaplants par ses créateurs, permettra donc d'accroître les rendements des exploitations d'une manière encore inimaginable il y a quelques années. Tous les entrepreneurs et actionnaires des sociétés d'agro-alimentaire se frottent les mains, mais les avantages ne seront pas uniquement économique. Pouvoir produire beaucoup plus, et avec des frais bien moindres, permettra également de fournir de la nourriture à tous les habitants de la Terre !

Nul doute que tous les exploitants se muniront bientôt de cette merveille qu'est le Gigaplants, et merci à Mantena pour cette invention révolutionnaire et humanitaire !

Le Gigaplants, bénédiction ou boite de Pandore des temps modernes ?


Ecrit par V. Sournel, le 22 novembre 2137

Il y a quelques jours, la célèbre multinationale Mantena présentait - et brevetait - sa nouvelle invention, le Gigaplants, qu'elle surnomme le « pistolet de croissance ». Cet appareil projette des ondes destinées à forcer la croissance des plantes pour les faire pousser à un rythme et jusqu'à une taille tout sauf naturels. Il représente un miracle économique et humanitaire, selon les experts de la société, et promet des rendements extraordinaires ainsi que l'extinction de la faim dans le monde.

Les industriels seraient-ils les bienfaiteurs du genre humain, et faut-il se joindre au choeur de louanges qui flatte leur ego depuis déjà quelques jours ? C'est ce qu'ils souhaitent nous faire croire, affirmant que tout autre son de cloche défendrait la malnutrition et la famine qui sévissent dans les régions les plus pauvres du globe. Sur le papier, effectivement, tout a l'air parfait, sérieux et sécurisé.

Cependant, les avis, au sein de la communauté scientifique, sont bien plus partagés que ce qu'affirme Mantena. Il est vrai, tout comme l'affirme Hovard Penth, son PDG, que « nul n'a remis en doute la non-nocivité de nos ondes sur l'être humain ». Mais, selon une déclaration de l'OSI, l'Organisation Scientifique Internationale, d'autres risques n'ont pas été pris en compte. Leur rapport souligne notamment qu'« aucun laboratoire indépendant n'a mené d'étude sérieuse sur de possibles effets secondaires des ondes sur les plantes ».

H. Lansson, éminent scientifique spécialisé dans l'étude des ondes et radiations, a accepté de répondre à nos questions sur le Gigaplants. « Ce qui m'inquiète le plus dans cette nouvelle technologie, » explique-t-il, « c'est qu'elle utilise un type d'ondes qui vient à peine d'être découvert par les scientifiques. Nous n'avons pas encore fini de l'étudier, et certains de mes confrères se demandent si sa création ne génère pas, dans le même temps, des radiations. C'est peu probable, mais dans ce genre de cas, l'étude approfondie de toutes les caractéristiques de ces ondes, pour garantir la sécurité de leur utilisation, aurait dû, à mon sens, avoir la préséance sur leur utilisation commerciale. J'espère sincèrement que l'avenir me donnera tort. »

Une chose est sure, nul ne semble écouter ces voix dissonantes, et d'innombrables exploitations et sociétés ont d'ores et déjà commandé un grand nombre de Gigaplants à utiliser dans leurs champs et leurs serres. Il est sans doute déjà trop tard pour enrayer la machine et il ne nous reste certainement plus qu'à attendre de voir ce qui se passera à l'avenir, en priant pour que ce ne soit pas la plus grande erreur de notre histoire...

ALERTE À LA POPULATION


Ecrit par V. Sournel, le 15 mars 2138

Hier, le Président de la République Guillaume Naquet s'est adressé aux Français pour leur transmettre de graves informations. Les radiations émises par le Gigaplants, dernier appareil inventé par la société Mantena, ont affecté toute la végétation autour des zones où il a été utilisé. Comme certains scientifiques essayaient de le dire depuis quelques mois, les ondes de Rentheim n'avaient pas été suffisamment étudiées, et la croissance accélérée des plantes n'a pu être arrêtée.

Selon les dernières études, cette capacité de pousser plus vite et plus haut que normalement ne s'est pas transmise de génération en génération de plantes, ni même de végétal à végétal, comme cela avait été envisagé au départ. Les ondes et radiations ont affecté directement le sol de notre planète, si bien qu'il semble impossible de revenir en arrière, pour faire pousser les plantes que nous connaissions, et non pas leurs avatars géants, qui se répandent comme une traînée de poudre sur le monde entier.

Il est donc demandé à chaque citoyen de détruire toute plante qu'il pourrait avoir en sa possession. Dans le cas d'arbre, ou de tout végétal difficile à éradiquer, un numéro vert a été mis en place pour demander une intervention à son domicile ou sur son terrain, n'importe où en France. Si vous êtes dans ce cas, appelez le 0805 1888 09.

Le Président Naquet n'a par contre pas parlé d'un autre danger qui a été évoqué par l'Organisation Scientifique Internationale (OSI), bien que ce ne soit encore qu'une hypothèse. Selon leur communiqué, qu'ils ont publié sur leur site internet et adressé à tous les gouvernements, il y aurait une possibilité pour que les effets secondaires des ondes de Rentheim se transmettent au monde animal via les herbivores.

Il n'y a, heureusement, qu'une infime possibilité pour que les hommes puissent également être touchés. Ces ondes avaient été spécifiquement étudiées et choisies par les savants de Mantena pour leur incapacité à affecter l'être humain. Néanmoins, cette hypothèse est également étudié par plusieurs laboratoires, qui disent préférer « se préparer au pire, même le plus improbable, pour ne pas être démuni face à lui si jamais il arrivait ».

Dans l'immédiat, il est donc conseillé de garder son animal de compagnie chez soi, et de n'acheter que des produits portant le label « Sans supracroissance ».


Revenir en haut Aller en bas
Praesidia
Dernière Défense
avatar
Dernière Défense
Messages : 35
Date d'inscription : 18/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://ultima-praesidia.forumactif.org
MessageSujet: Re: Contexte
Dim 19 Avr - 16:06

Genèse d'un monde nouveau

19 septembre 2138
J'ai appris en recevant une directive du gouvernement que tout espoir a disparu. Personne n'a réussi à trouver comment inverser le processus, les plantes géantes résistent à tous les traitements... Les animaux, herbivores comme carnivores, ont doublé de taille et sont devenus bien plus agressifs. Je suppose que bientôt, on nous demandera de nous débarrasser de tous nos animaux domestiques, comme on a déjà dû le faire avec les plantes, quelles qu'elles soient.

Qu'est-ce que je vais bien pouvoir dire demain, quand il faudra que je fasse mon discours ? Ce n'est pas pour ça que j'ai voulu devenir maire... Quoi, annoncer à toute la ville qu'après avoir coupé tous les arbres des routes et des parcs, transformé ces derniers en vastes terrains vagues, il va falloir chasser les animaux, et nous préparer à vivre... Comment ? Les stocks de nourriture non contaminée par ces maudites ondes ne vont pas durer éternellement, loin de là, même.

Essayer de sauver les meubles dans l'espoir que, finalement, un chercheur trouve la solution miracle pour sauver l'humanité ? Ce serait déjà ridicule si ce n'était pas nous sauver de quelque chose que nous avons nous-même provoqué... Il serait tentant de pointer du doigt les industriels, multinationales et autres, et c'est probablement ce que je ferai demain, pour essayer de rassurer les gens... Même si je sais bien que, si nous n'avions pas, peu à peu, retiré tous les mécanismes de contrôle, ou plutôt si nous ne les avions pas confiés aux entreprises elles-mêmes, nous n'en serions peut-être pas là...


29 septembre 2138
Je me doutais qu'on en viendrait là. Plus aucun animal en ville, plus rien d'autre de vivant que nous. C'est d'un triste... Tous les gens que je croise ont l'air abattu, et cela ne m'étonne pas. J'entends de plus en plus souvent des « on aurait dû écouter les écolos », « en fait les verts ne disaient pas que des bêtises », et d'autres phrases dans le genre. Ils ont raison, certainement, mais n'est-ce pas un peu hypocrite de se réfugier dans le remords, et de ne se tourner vers ces gens-là qu'une fois qu'il est trop tard ?

D'un autre côté, c'est peut-être la seule chose qui nous reste... Mais ça ne nous sauvera pas ! Bien sûr que nous aurions dû les écouter, être plus prudents. Seuls ceux qui sont directement coupables de cette catastrophe disent le contraire, tentent encore de défendre leur position - et ils sont de moins en moins nombreux. Mais dire « nous aurions dû faire ainsi » ne nous aidera pas à sauver ce qui peut encore l'être.

Car je suis certain, finalement, que tout n'est pas perdu. Tant qu'il restera une seule personne dans ma ville, je continuerai à me démener pour trouver une solution. Il ne s'agit que de plantes et de vulgaires bestioles, après tout. L'homme a déjà surmonté tant de catastrophes, affronté tant de menaces... Nous ne nous laisserons pas détruire, pas ainsi !


16 octobre 2138
La ville change de plus en plus de visage. J'ai réussi à décider le conseil municipal à agir, et nous avons lancé une grande opération, qui arrive bientôt à son terme : recouvrir toute la surface de la ville, pour ne pas laisser le moindre centimètre carré de terre. Si elles n'ont nulle part où se planter, les plantes n'envahiront pas la ville. C'est une simple question de logique.

Je suis plus que fier de voir les habitants relever un peu la tête. Une ville entièrement recouverte de revêtements artificiels, c'est étrange, et nous allons avoir besoin d'un moment pour nous adapter... Mais nous y parviendrons. C'est en nous adaptant que nous étions arrivés à survivre au fil des âges. Nous y parviendrons encore, quels que soient les sacrifices que nous devions faire pour cela !


30 octobre 2138
Un rationnement a été mis en place à l'échelle nationale. Les communications avec Paris sont de plus en plus difficiles, les racines des arbres détruisent les routes, les rails, tout. En outre, plus personne n'ose se servir d'un quelconque appareil utilisant des ondes, depuis que certains laboratoires ont émis l'hypothèse que l'agressivité des animaux était peut-être due à des réactions entre les ondes de Rentheim et d'autres types d'ondes utilisées au quotidien.

Certains déclarent en riant qu'on dirait être revenu en temps de guerre, pour essayer de plaisanter. Cela faisait si longtemps que nous n'avions pas connu la guerre que beaucoup n'arrivent même pas à la reconnaître. Car nous sommes en guerre. En guerre contre la nature, que nous avons nous-mêmes pervertie, en guerre pour notre survie. Si nous échouons, nous n'aurons pas de seconde chance, et la Terre sera entièrement peuplée de végétaux géants et de bêtes sauvages...

Pour l'instant, tous les habitants réagissent bien à l'instauration de bons d'alimentation. Il n'y a pas trop de bousculades lorsque vient l'heure de la distribution, même si je préfère laisser des policiers sur place, pour prévenir tout trouble éventuel. La nourriture reste mon plus grand souci. Les réserves sont bientôt vides, et l'une des seules choses qui a été prouvée est qu'il faut à tout prix éviter de consommer les plantes affectées. Nous serions certainement contaminés également si nous en mangeons trop, et le taux de toxicité des plantes ne cesse de croître.


17 décembre 2138
Une solution ! Enfin, une solution ! J'ai reçu un message du laboratoire de la ville, ils disaient avoir peut-être trouvé une solution pour pallier au manque de réserves saines. Je me suis précipité pour les voir, bien sûr, et il y a une chance pour que cela marche ! Il nous faudra nous serrer la ceinture pendant quelques mois, le temps que tout soit prêt, mais nous avons enfin une porte de sortie. Je vais immédiatement lancer les opérations nécessaires du point de vue de l'urbanisme.


3 février 2139
Ce fut plus long que prévu, et tout le monde commence à se plaindre du rationnement de plus en plus drastique. Pourtant, c'est la seule solution si nous voulons tenir assez longtemps... Mon explication a fonctionné, au début. Les gens se répétaient qu'ils devaient être forts, que ce n'était qu'un mauvais moment à passer. J'ai multiplié les discours et les bains de foule pour les soutenir, je me suis mis au même régime qu'eux pour leur montrer que tout le monde faisait des efforts.

Mais je sens bien que j'arrive au terme de mes possibilités. Si nous n'arrivons pas à des résultats très vite, c'est contre moi que leur grogne va se retourner, et ils ne m'écouteront plus. Je demande régulièrement des nouvelles au laboratoire, et ils me disent que c'est en bonne voie. Mais ils ne me donnent pas d'éléments concrets pour que je puisse rassurer la population...

Alors, à la place, je me tourne vers le projet sur lequel je peux agir : entourer la ville d'une grande muraille, assez solide et ancrée assez profond dans le sol pour résister aux assauts de la végétation. Et des animaux, qui rendent toute sortie hors de la ville de plus en plus difficile. Nous sommes presque entourés par les arbres, à présent, et il faut faire vite. D'ici quelques mois, il sera certainement trop tard...


6 juin 2139
La muraille est terminée. Enfin. Il nous a fallu recommencer une fois, lorsque nous nous sommes rendus compte qu'un tremblement de terre la fragiliserait suffisamment pour que les racines la fassent s'effondrer par parties. Mais à présent, si nous pensons à vérifier son état et à la réparer régulièrement, nous devrions être à l'abri derrière...

Nous n'avons plus aucune nouvelle du reste du pays, toutes les communications sont coupées et nous peinons à garder quelques vagues sentiers à travers la végétation, pour aller chercher du bois ou de la roche. D'après les scientifiques, leurs travaux arrivent à leur terme. Et c'est une excellente chose, les regards se font de plus en plus sombres lorsque je sors de chez moi, et la population est de plus en plus agitée...


25 juillet 2139
Ça y est ! Nous avons réussi ! Les scientifiques ont présenté aux habitants leurs premiers aliments de synthèse, développés et élevés en laboratoire. Ils n'ont pas été pollués par ces maudites ondes, et sont parfaitement comestibles. Il n'y en a pas encore beaucoup, mais l'espoir est revenu dans le regard des gens depuis cette conférence publique.

La distribution de nourriture se passe mieux, à présent, pour ce que j'ai pu en juger. Les policiers m'ont informé qu'il n'y avait eu presque aucun trouble, contrairement à tout ce qui se passait avant. La certitude de pouvoir bientôt manger à leur faim, certainement. Oh, j'ai hâte de voir arriver la fin du rationnement, que tout puisse revenir à la normale ! Enfin, aussi normal que cela puisse être dans notre situation...


12 octobre 2139
Je ne comprends pas. Comment les choses ont-elles pu se terminer ainsi ? Pourtant, tout va pour le mieux, le laboratoire fournit de plus en plus de nourriture, et les aliments sont de plus en plus variés. Ils ont réussi, également, à refaire fonctionner convenablement le réseau électrique, à mettre fin à toutes les pannes qui se multipliaient auparavant. Mais peut-être est-ce pour cela, justement...

Je comprends mieux, oui. Je comprends, à présent. Ils m'ont laissé endosser toute l'anxiété, la frustration, l'inquiétude de la population. Être responsable de tous les dysfonctionnements alors que nous tentions d'adapter la ville, la société aux nouvelles conditions de vie. Puis ils sont venus, apportant de la nourriture, résolvant les problèmes. Voyant qu'il y avait des solutions, les gens ont pensé que j'avais fait exprès de ne pas les apporter immédiatement, pour les garder en mon pouvoir...

Et ils m'ont chassé. Le conseil municipal a été dissout, et je ne pense pas qu'un vote soit jamais organisé pour le remplacer. Les habitants nous ont associés aux responsables de la catastrophe, comme si nous avions été complices. Et peut-être l'avons-nous effectivement été, et nous ne pouvons pas nous plaindre de ce qui nous arrive à présent...


1er janvier 2140
Ville rebaptisée pour la nouvelle année, sous l'impulsion des scientifiques, qui ont fondé le Collège Scientiarum, où toutes les décisions se prennent à présent : Ultima Praesidia, la dernière défense.


Revenir en haut Aller en bas
Praesidia
Dernière Défense
avatar
Dernière Défense
Messages : 35
Date d'inscription : 18/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://ultima-praesidia.forumactif.org
MessageSujet: Re: Contexte
Dim 19 Avr - 16:08

Ultima Praesidia

Le premier janvier 2140 fut choisi comme base pour un nouveau calendrier, par volonté de marquer le début d'une nouvelle ère. A moins que ce ne soit par envie de ne plus regarder en arrière, de ne plus songer à la manière dont avaient vécu les hommes avant qu'ils ne provoquent, par leur obstination à ne jamais tenir compte des limites, ce qui reçu ensuite le nom d'« Apocalypse végétale ». Ce trait d'humour, destiné à décrédibiliser les bouleversements qui étaient en train de se produire, fut ensuite adopté par le plus grand nombre pour parler des années qui virent arriver le gigantisme des plantes et des animaux.

Les scientifiques d'Ultima Praesidia avaient su se rendre indispensables et se faire bien voir de la population. Ils produisaient la nourriture, se chargeaient de l'énergie, et rassemblèrent bientôt en leur sein d'autres spécialités, comme les médecins. C'est pourquoi leur Collège Scientiarum, destiné officiellement à rassembler les 5 spécialités, devint rapidement, et sans même qu'ils n'aient à agir pour cela, l'organe décisionnel de la ville.

Le rationnement ne fut jamais aboli, contrairement à ce que beaucoup espéraient, et fut même étendu à toutes les denrées. Face aux mécontents, le Scientiarum fit remarquer qu'ils ne pouvaient compter que sur leurs seules ressources, puisqu'il n'y avait plus aucune communication avec le reste du monde. Par conséquent, il était nécessaire de s'assurer de ne rien gaspiller, et qu'il n'y ait ni manque, ni superflu.

Nombreux furent ceux qui tentèrent de traverser la forêt dense qui entourait à présent la ville. Ils se préparaient avec le plus grand soin, partirent même en groupes pour transporter toujours plus de matériel de survie. Mais aucun ne revint à Ultima Praesidia après avoir passé une nuit dans la forêt. Seuls quelques uns parvinrent à survivre plus d'une journée, mais ils avaient rebroussé chemin et étaient venus se réfugier dans d'anciens bâtiments situé tout près des murailles de la ville.

Peu à peu, tout le monde admit qu'il était impossible de savoir si la forêt se terminait un jour, et, dans ce cas, ce qu'il y avait de l'autre côté. D'autres hommes avaient-ils réussi à survivre à l'Apocalypse végétale ? Personne ne pouvait répondre à cette question et beaucoup finirent par se comporter comme s'ils étaient les seuls rescapés.

Progressivement, la ville s'adapta à sa nouvelle situation. Les scientifiques formaient un groupe à part, comme une élite, même s'ils s'efforçaient de rester, en théorie, les égaux de tous les autres habitants. Ils n'avaient en effet aucun privilège, disposaient strictement des mêmes droits et recevaient les mêmes bons, même si dans la pratique, être ceux qui produisaient la nourriture et distribuaient les bons leur permettait bien plus de choses. Mais ils surent ne pas se montrer trop ambitieux, et ne s'aliénèrent pas leurs concitoyens. Le reste de la population se structura bientôt sur le même modèle qu'eux, et ainsi se formèrent les différentes castes.

Pour éviter une sur- ou sous-population, le Scientiarum instaura un suivi des grossesses et des naissances très strict. Cela ne fit que se renforcer et, à partir de l'an 127, il fut décidé que les enfants seraient élevés en communauté, pour que des personnes spécialisées, qui devinrent la caste des pédagogues, puissent s'occuper d'eux au mieux et leur permettre de développer leurs capacités en portant un regard neutre et professionnel sur eux, contrairement aux parents qui peinaient à être objectifs.

Le temps s'écoula alors sans changement notable, mis à part une organisation toujours plus efficace pour survivre dans ce milieu hostile tout en se procurant tout ce dont la ville avait besoin. Nul n'ignorait que les scientifiques raffermissaient progressivement leur contrôle de la ville, mais ils étaient ceux qui leur permettaient de survivre, et ils le méritaient, pour la plupart des habitants. C'était le prix à payer pour vivre ainsi.

Aussi n'y eut-il nulle opposition lorsque la censure fut restaurée en 382, pas plus que lorsque les habitants apprirent qu'un certain nombre d'entre eux faisaient des rapports aux scientifiques pour les prévenir de tout ce qui pouvait sembler « anormal ». Ils leur donnèrent l'appellation péjorative de « délateurs », mais acceptèrent cette situation, car dans le même temps, ils découvrirent l'existence d'un mouvement clandestin : les Originels.

Ceux-ci prônaient un retour à une vie naturelle, en harmonie avec la nature... et donc au milieu de la forêt. Et cette idée inquiétait suffisamment les Praesidiens pour qu'ils acceptent d'être épiés, dans le seul but d'empêcher ces hommes et ces femmes, considérés comme de dangereux illuminés, de parvenir à leurs fins.

Mais les Originels n'étaient pas la seule société secrète d'Ultima Praesidia. Il y avait également l'Organisation, bien plus ancienne encore. Cet organisme mafieux avait commencé à s'implanter en gérant un marché noir voué au trafic de bons. Il en fit une activité bien plus lucrative lorsqu'il se lança également dans la contrefaçon de ces bons, et étendit finalement ses activités au commerce sexuel, jusqu'à être solidement ancré dans la société de la ville.

Nous voilà à présent en 617. Rien n'a changé depuis des décennies, voire des siècles, comme si le temps s'était figé, dans cette ville piégée par les arbres. Mais qui sait ce que l'avenir nous réserve... ?
Joseph Névrin, historien


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Contexte

Revenir en haut Aller en bas
 

Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
Contexte # Dans quel contexte vivons nous ?
Contexte évolutif
Contexte de Nox Aeterna
Contexte One Piece Requiem
Le Contexte du RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Praesidia :: Administration :: Encyclopédie :: Livre d'Histoire-