Partagez | 
 

 Alcée Meyniel - Conseiller de l'Organisation et Danseur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alcée Meyniel
Patient danseur du Crime
avatar
Patient danseur du Crime
Messages : 62
Date d'inscription : 23/04/2015

Passeport
Métier: Danseur - Contorsionniste
Quartier: Memoria

Voir le profil de l'utilisateur http://crimi-azna.deviantart.com/
MessageSujet: Alcée Meyniel - Conseiller de l'Organisation et Danseur
Sam 25 Avr - 19:58

Présentation d'Alcée Meyniel


Etat Civil

Nom : Meyniel
Prénom : Alcée
Âge : 27 ans
Caste : Artiste
Statut : Organisation
Quartier : Memoria
Particularités : Conseiller de l'Organisation, Danseur - Contorsionniste, excellent combattant au corps à corps.

Rang personnalisé : Patient danseur du Crime

Description Mentale

S'il y a bien un mot qui me correspond, c'est la patience. Je l'ai toujours été, aussi loin que je m'en souvienne, et cela m'aide à être quelqu'un d'organisé, dans tout ce que je veux faire, que cela touche ma vie professionnelle, ma vie privée, ou l'Organisation. Mes idées sont toujours murement réfléchis et mes plans prennent de nombreux facteurs en compte, tant et si bien qu'il me faut toujours un moment pour les créer.
Cela fait qu'obligatoirement, je déteste être pris de court, et ne pas pouvoir réfléchir convenablement sur ce qui est en train de se passer. Je n'apprécie pas que mes plans ne se passent pas exactement comme prévu, et, dans ces cas-là, je ne suis pas un homme de terrain, puisque je perds tout mes moyens.

Je suis aussi quelqu'un de buté, et j'ai du mal à accepter des idées n'allant pas dans le sens des miennes. Après tout, vu le temps que je passe sur chacune, il ne peut pas y en avoir de meilleures, non ? Bon, il faut tout de même avouer que... si je vois que l'idée de quelqu'un d'autre fonctionne, je ne vais pas la rejeter en bloc. Je reste quelqu'un de lucide, et je suis capable de changer d'avis...
Lorsque j'y ai avantage. On peut dire que je suis quelqu'un d'assez calculateur, oui. Ma propre vie passe avant celle des autres, et je fais tout pour garder mes avantages. Je suis donc un assez bon menteur, d'une amabilité à tout épreuve lorsque j'y ai intérêt, et suffisamment discret pour ne pas risquer les ennuis à tout bout de champs.

J'accorde difficilement ma confiance, quand bien même ceux qui l'ont acquise savent qu'ils peuvent compter sur moi. Loyal oui, je le suis avec une poignée de personnes, et ceux-ci sont très chers à mon coeur, je ne les abandonnerai pour rien au monde.
En parlant de coeur, même si j'en ai un peu honte et que je ne souhaite pas que cela se sache, je suis quelqu'un de sentimental. Les livres et les histoires m'ont appris à attendre une sorte d'âme soeur, et je ne partage pas mon lit avec n'importe qui... Tant et si bien que je n'ai encore jamais eu de véritable relation durable.

Description Physique

Mes longs cheveux, noirs de jais, tressés par endroit et majoritairement attaché à l'arrière de mon crâne, s'envolent alors que mon corps, assez petit, mince sans être maigre, se tend au rythme de la musique.
Mon visage, fin, ne laisse paraître que la concentration, alors que je tire d'avantage sur mes muscles pour tordre d'avantage mon corps, sous les applaudissements du public. Un sourire apparaît sur mes lèvres fines alors que je rouvre mes yeux, aussi noirs que mes cheveux, pour observer quelques secondes les personnes qui me regardent, instant de silence, le temps semblant s'arrêter durant quelques secondes, avant que la musique ne reprenne, m'entraînant dans une danse que j'exécute à la perfection, comme à mon habitude.
Ma petite taille me permet de me plier d'avantage, ma peau blanche, presque pâle, rayonnant sous le projecteur qui me suit au fil de mes pas.

D'un geste ample et calculé, j'exécute un grand écart et me plie encore d'avantage pour toucher le sol, laissant mes cheveux tomber comme un rideau autour de moi. Ainsi, ils touchent le sol. Lorsque je suis debout, ils m'arrivent facilement dans le bas du dos tant ils sont raides. Ils sont cependant suffisamment fins pour s'envoler au moindre coup de vent, l'une des principales raisons qui fait que je les attachent constamment. Je n'aime pas avoir les cheveux devant les yeux, même si des mèches plus courtes balaient mon front.
Ma démarche est toujours gracieuse, silencieuse, et je suis aussi agile de mon corps que de mes mains. Celles-ci sont fines, comme le reste de mon corps, même si je suis tout à fait capable d'assommer proprement quelqu'un, puisque je possède une certaine force malgré mon apparence, mon style de combat étant en grande partie basé sur la souplesse de mon corps.

Mes vêtements de scène ne ressemblent que peu à ceux que je porte habituellement. Près du corps et assez foncés lorsque je suis sur scène, ils sont habituellement larges et dans des tons crème et blanc lorsque je ne suis pas en représentation.
Il paraît que mes vêtements clairs mettent mes cheveux et mes yeux en valeur, mais c'est surtout une manière comme une autre de séparer vie professionnelle et vie privée, pour moi...

Histoire

Je suis né en plein milieu de l'automne, peu avant les premières neiges, environ deux mois avant le terme. Je suis donc né chez moi, par pure surprise, en pleine nuit, alors que mes parents dormaient encore.
Ma mère a été transporté d'urgence à l'hôpital, et j'ai été placé en couveuse durant plusieurs mois. Je suis resté un enfant très faible, tombant malade rapidement, durant toutes les premières années de ma vie. Mes parents s'étaient affreusement inquiétés pour moi, et sont, depuis, toujours restés très proches de moi, durant toute mon enfance... Et même maintenant.
Ils apprécient toujours de m'offrir des petits cadeaux, des pâtisseries, surtout, puisque mon père est pâtissier.

C'est à partir de mes 5 ans que j'ai commencé à me remplumer un peu, prenant peu à peu confiance en moi pour aller voir les autres enfants, appréciant et attendant impatiemment la visite de mes parents, le week-end, les seuls avec qui je me sentais vraiment bien. Les autres enfants me semblaient toujours trop bruyants, ils bougeaient trop, alors que je restais le plus souvent assis en train de lire.
Cependant, puisque j'allais de mieux en mieux, je me suis mis à m'intéresser à ce que nous pouvions faire dans le complexe. Curieux, je touchais un peu à tout, pour essayer de me faire une idée d'ensemble de tout ce qui se trouvait autour de moi. Et contre toute attente, j'ai rapidement apprécié la danse. J'aimais passer du temps à m'étirer, à plier mon corps de la façon que je le souhaitais.
Et le temps passant, je me suis décidé à en faire mon métier. Après tout, j'appréciai la danse, et je ne me sentais réellement vivant qu'après un spectacle, lorsque mon cœur battait la chamade, que les lumières s'éteignaient et que les applaudissements fusaient.

Et c'est ce que je devins. Danseur contorsionniste, pour mon plus grand bonheur. Malgré tout, il y avait une peur qui ressortait souvent, un malaise que je ne contenais qu'assez difficilement. Avec mon enfance difficile, et mes nuits passés à l'hôpital, j'ai une certaine peur des scientifiques. Oh, cela vient effectivement d'une peur d'enfant. Ces crises qui n'en finissaient jamais, ces médecins qui soufflaient que je n'allais peut être pas m'en tirer, alors que je pouvais les entendre...
Enfant, je m'imaginai même qu'un des médecins avait fait exprès de me déclencher une crise pour pouvoir observer mes réactions... Mes parents ont bien sûr réfuté cette accusation enfantine et m'ont calmé en me chuchotant que les scientifiques ne souhaitaient que mon bien et mon rétablissement mais... Je n'oublierai jamais le regard de certains lorsque j'étais en pleine crise.
Celles-ci, bien que très espacées, n'ont d'ailleurs pas disparu pour autant. Même maintenant, si je force trop sur mon corps, si je ne m'échauffe pas bien, si je stresse trop... Je ne connais pas les causes exactes de chaque crise, mais, j'en ressors la plupart du temps affreusement crispé, et faible pour quelques jours, le temps de me reprendre.
Ma capacité à refuser d'aller voir un médecin ou aller à l'hôpital n'aide d'ailleurs pas à réduire le temps de convalescence.

C'est d'ailleurs durant une de ses crises que j'ai rencontré Naël. Je venais de finir un spectacle, mais je me suis écroulé sur scène à la fin de celui-ci. Naël est l'un des premiers à être descendu des tribunes pour venir m'aider, quand bien même les organisateurs étaient au courant et, prévoyants, avaient toujours de quoi calmer les crises lorsque je me produisais sur scène.
Lorsque je me suis réveillé, c'est lui qui était à mes côtés, permettant ainsi de continuer le spectacle. Nous fîmes connaissance durant la soirée, et il ne fit pas de commentaire lorsque je lui annonça de but en blanc que je ne souhaitai pas voir de médecin.
Nous nous retrouvâmes ensuite plusieurs fois dans les mois qui suivirent, jusqu'à ce que je finisse par lui avouer pourquoi je ne voulais pas aller consulter lorsque je sortais de crise... Ou même pourquoi je n'allais voir le médecin qu'en cas de strict nécessité, quand bien même je devrais faire des visites régulières pour vérifier que mon état ne s'aggrave pas.
J'appris par le même coup qu'il n'appréciaient pas tellement les scientifiques et, le temps passant... Je finis par apprendre qu'il appartenait à l'Organisation. Oh, j'avais entendu parler d'eux, bien entendu. Mais je ne m'y étais jamais réellement intéressé. Comme les Originels, cela me passait au dessus de la tête, puisque je n'allais jamais au marché noir, me contentant des bons que je recevais chaque mois.
Pourtant... les paroles de Naël finirent par me pousser à m'intéresser à eux et, finalement, à y entrer.

Accompagnant le jeune homme et apprenant à me battre au corps à corps dans le même temps, puisque ma souplesse et mes bons réflexes me permettaient d'esquiver énormément de coups, je grimpaient les échelons plus lentement que lui, qui était déjà dans les petites affaires du patron.
Je ne lui en voulais pas, bien sûr ! J'appréciai de prendre mon temps, et de rester un peu en arrière. Après tout, je n'étais pas du genre à m'afficher, et je ne m'imaginai pas du tout patron à la tête de l'Organisation. Naël, par contre... Je réfléchis un long moment avant de lui faire part de mes idées et mes pensées, l'encourageant à se faire des amis dans l'Organisation et surtout, dans les Conseillers, pour avoir de meilleures chances pour reprendre la place pouvant être vacante à tout moment...
Et ce moment finit d'ailleurs par arriver.

Il devint patron et, même si je refusais en premier lieu d'être Conseiller immédiatement après sa nomination, comme il me le proposa en premier lieu (savait-il que j'allais refuser, puisque je n'avais pas eu le temps de réfléchir à tous les aspects de la proposition ? Sans doute...), et ne le suis devenu que très récemment, suite à la mort de l'un des Conseillers...

Je l'aide depuis de mon mieux, et essaie de lui apprendre à être patient... sans grand succès, hélas.

Joueur


Prénom-Surnom : Marie - Crimi
Âge : 21 ans !
Comment as-tu trouvé le forum ? Par hasard. Si si.
Code du règlement :
Auto-validé ! =D
Autre : Squeee ♥


Revenir en haut Aller en bas
 

Alcée Meyniel - Conseiller de l'Organisation et Danseur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux
L'organisation Hellsing!
Réorganisation de l'équipe modératrice
Chuchotis d'alcôve...
Organisation de l'artillerie Française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ultima Praesidia :: Administration :: Registres :: Présentations :: Présentations validées-